Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 18:45

Petite réflexion d'escapade


Aujourd'hui, je suis passé par le village de Castelnau de Montmiral, une magnifique bastide à une douzaine de kilomètres de Gaillac dans le Tarn.

 

Urbanisme-Bastide-Castelnau-Montmiral-1.JPGAutant vous dire que quand on est ici, on n'est pas ailleurs.

Comme il était midi, après avoir fait un petit tour du village, plutôt que de rentrer de suite à Toulouse et manger un sandwitch, je me suis invité au restaurant de la place de la mairie.

Le restaurant était divisé en deux salles : dans la première, celle du comptoir, ceux d'ici, dans la seconde, ceux d'ailleurs.

Dans la première salle donc, ceux d'ici sont surtout des salariés, certains en chemise, d'autres en bleu de travail, mais il y a aussi une famille et un groupe de retraités.
Ici, tout le monde connaît les serveurs et les serveurs connaissent les prénoms de chacun. On parle fort, les conversations sautent de table en table. La majorité, si ce n'est tous, a choisi le menu du jour.
Ce sont les gens d'ici, même si certains sont d'ailleurs car quand on est d'ici habiter la bastide ou le village voisin, ce n'est pas pareil.

Les serveurs guident dans la seconde salle ceux d'ailleurs (touristes, professionnels de passage, etc.). La majorité a choisi un menu de spécialités d'ici.
A la table d'en face, un couple de jeunes retraités qui a immigré ici, en Midi-Pyrénées, pour profiter de leur retraite. Dans ce restaurant de Castelnau de Montmiral, dans le Tarn, ils racontent leurs découvertes, notamment gastronomiques, à leur belle-fille et leurs deux petites filles venues ici leur rendre visite. Par exemple, ici, dans la région, et, en particulier, ailleurs, dans le Gers, ils ont pu goûter des fois gras aux saveurs et aux préparations différentes d'une auberge à l'autre. Ils ont aussi été surpris de découvrir que les gens d'ici (les Gersois) sont particulièrement friands des carcasses de canards cuites au barbecue (mais, ils ne savent pas qu'ailleurs, dans les Landes, nous le sommes tout autant).
A la table d'à-côté, deux anglaises et un bébé. Elles parlent entre elles en anglais, mais la maman parlent en français au serveur et un mélange de français et d'anglais à sa petite fille. Est-elle née ici ou ailleurs ? Comment se considérera-t-elle plus tard ? D'abord Tarnaise, d'ici où elle aura grandi, ou Anglaise, sans forcément avoir jamais vécu en Angleterre d'ailleurs ? La maman, qui semble installée ici, dans la bastide ou les environs, expliquent à sa compatriote, qui doit venir d'ailleurs, comment se passe la vie ici, en France. Elle lui décrit aussi les spécialités d'ici pour qu'elle choisisse son menu et commande un petite bouteille de vin d'ici, du Gaillac, pour accompagner le tout. Pour sa petite fille, elle demande un boisson d'ailleurs : du coca-cola.

Un restaurant, un quartier, une ville, les environs, la région et la région, le Pays et le Pays, le Nord, le Sud et l'Est du Sud-Ouest, l'Europe, le Monde, la planète, une planète...
Ici et ailleurs, d'ici et d'ailleurs, petite réflexion qui pourrait d'ailleurs apparaître anodine, mais qui ne l'est point et ne devrait donc pas se dissiper.

En tout cas, moi, je suis d'abord d'ici et je vis, pour l'instant, ici.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Comprendre
commenter cet article

commentaires

DETAILS 17/04/2007 06:05

Très bien Benoît, tu évoques une problématique très importante d'une manière, je dirai, légère mais assez expréssive !

Pour avoir vécu à l'étranger, changé de pays, de cultures, de connaissances, côtoyé des gens de différents, éthnies, religions, provenances,je peux te répondre que ici et ailleurs seront toujours indissociables, tout ce qui est ici aujourd'hui peut devenir très facilement ailleurs demain...

Frederic 11/04/2007 10:20

Excellent sujet abordé de manière très drôle.
Effectivement, la question des identités de chacun, de la place qu'on occupe, de ses racines est devenue très importante. Ces interrogations sont relayées désormais par les décideurs politiques, avec trop souvent des entrées très biaisées et simplistes.
Le Monde actuel est de plus en plus nomade et métissé. Les évolutions sont parfois considérables. Or, quelle place chacun accorde à son nomadisme mais aussi à son "terroir". Quelle place chacun accorde à son environnement immédiat mais aussi au monde qui l'entoure. Quelle place chacun accorde à ses repères mais aussi à ses inconnues.
Ce sont systématiquement deux questions indissociables, comme les deux côtés d'une balance qu'il faut pouvoir maintenir en équilibre.
Effectivement, lorsque l'on pense la Ville, lorsque l'on réfléchit son aménagement ou son animation il me paraît important de la penser comme un lieu dans lequel on trouvera ses repères mais aussi dans lequel on ira à la rencontre de l'inconnu, de l'autre, dans lequel on aura l'ICI et l'AILLEURS.

Benoît L. 10/04/2007 13:03

Il me semble que cette question de l'ici et de l'ailleurs peut s'aborder sous des angles multiples et complémentaires.

On peut partir des individus et étudier leurs rapports avec les différents lieux auxquels ils sont liés.
J'en ai déjà parlé ici (www.chezbelan.com/article-431790.html) ou là (www.chezbelan.com/article-4792418.html).
Nous sommes des mozaïques.

On peut aussi partir des lieux, surtout quand profressionnel, élu ou citoyen, on s'interroge sur le devenir d'une place, d'une commune, etc.
Un même lieu peut être, tout à la fois, suivant les personnes, un ici, un ailleurs.
Les questions techniques sont importantes, mais l'ensemble des représentations dans lesquelles s'inscrit ce lieu, l'est tout autant, sinon plus.

Du travail de réflexion en perspective.

Merci pour le lien, Serge.

Renaudie Serge 07/04/2007 21:32

Ma femme est chinoise de Hong Kong mais elle a un passeport australien car elle a été étudiante en australie. En Chine, elle n'est pas considérée comme chinoise mais comme une étrangère, bien que Hong Kong soit revenue dans le giron chinois. Puisque Hong Kong était une colonie anglaise elle a aussi un passeport "British National Overseas" qui ne lui confère pas la nationalité british mais une sorte de nationalité d'outremer.
Nous parlons en anglais car je ne parle pas le cantonnais ni le mandarin (qu'elle a été elle-même obligée d'apprendre pour se rendre à Pékin). Malgré les nombreuses heures de cours, elle ne parle toujours pas le français. Notre anglais est très personnel et très particulier et les anglais de souche s'y perdent ! Notre enfant à venir devra parler un mélange d'anglais-franco-mandarino-cantonais !
Mes deux enfants qui ont déjà 14 et 17 ans sont de mère américaine mais ils ne parlent pas anglais sauf avec Pui Yee car ils ne peuvent pas faire autrement. Ils ont un passeport français mais aussi américain et ils sont aussi de nationalité suisse puisque la famille de leur mère était suisse depuis des millénaires.
Pour ma part ma famille vient du limousin et cela depuis des centaines de millénaires mais je ne parle pas le limousin que l'on parlait dans la famille quand j'étais gosse.
Nous habitons en France mais aussi à Hong Kong mais nous venons de supprimer notre adresse à Pékin car cela devenait difficile d'être partout.
Voilà, nous sommes donc vraiment d'ailleurs... ou de partout, dans le mouvement assurément ! Brassens chante une fort belle chanson sur les gens qui sont de "quelque part".
Ceci dit, les bastides sont des villages étonnants car ils constituent les premières villes nouvelles au XIIIème siècle, ou les premiers lotissements communaux. Leurs habitants n'étaient plus des serfs et avaient le droit de commercer. voir : http://bastidess.free.fr/
Par delà des considérations strictement urbaines, on peut aussi s'émerveiller de la capacité des habitants à créer de la diversité même dans les système les plus réglés.

Articles Récents