Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 20:31

Salon immobilier en berne

Changement d'ambiance

En mars 2007, je vous comptais ma visite au salon de l'immobilier de Toulouse qui avait des allures de "pays des merveilles".
Vite, vite, il fallait ne pas louper les occasions qui se présentaient d'investir, de devenir propriétaire. Aucun risque puisque les prix ne cessaient d'augmenter. Les queues devant les stands des banques étaient impressionnantes... et désolantes.
En effet, le professionnel que je suis savais que tout n'était pas si rose, qu'un retournement de tendance était envisageable et que les plus touchés seraient les plus fragiles.

Un an plus tard, j'y suis retourné.
Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ambiance avait changé.


Petits signes de crise

Tout d'abord une affluence "moyenne" pour certains, "la moitié de celle de l'an dernier" pour un autre. Cela se traduit par l'absence de files d'attente devant les stands des banques ou 50% de rendez-vous en moins pour un lotisseur. Certains exposants paraissaient d'ailleurs franchement désoeuvrés.
Et pourtant certaines "promotions" offertes en cas d'acquisition avaient de quoi interpeller. Un même promoteur proposait ainsi : "Frais d'actes offerts", "0€ de frais de dossier de prêt", "Prise en charge des intérêts de prêt", "Seulement 1000€ de dépôt de garantie" et "Taux de crédit préférentiel". Rien que cela !
Autre indice également, je crois reconnaître certaines maquettes. C'est donc que les promoteurs ont du mal à vendre et que donc certains projets sont retardés ou que leur construction est lancée sans qu'ils aient réussi à vendre tous les logements "sur plan". Si bien que certains affichent comme argument "Livraison immédiate" ou "Travaux en cours", ce qui était inimaginable avant.
Enfin, il m'a bien semblé que, face aux incertitudes, les promoteurs s'étaient recentrés sur le coeur de l'agglomération et avaient abandonné les projets trop éloignés de Toulouse.


Entre tentative d'optimisme et franc pessimisme

Autant l'an dernier, même les exposants que je connaissais n'avaient pas trop le temps de discuter, autant cette année, c'était le contraire. J'ai ainsi plusieurs fois échangé quelques mots avec des représentants malgré que je leur ai signalé que j'étais là à titre professionnel. Et puis il y a ceux dont j'ai surpris les conversations.
Les discours semblaient toujours balancer entre pessimisme et optimisme, même si beaucoup essaient de donner le change et de ne pas être fatalistes.

Deux discussions m'ont particulièrement marqué.
La première est une discussion que j'ai surprise entre 3/4 lotisseurs ou constructeurs de maisons individuelles. Ils essayaient de se convaincre que c'était une mauvaise passe et que cela ne pouvait que repartir. C'était émouvant.
La seconde est un dialogue que j'ai eu avec un promoteur franchement pessimiste. Il estimait, en effet, que les bonnes résolutions d'après la crise immobilière des années 90 avaient été oubliées et que les excès étaient aussi à l'origine d'une crise qui allait faire des victimes parmi les promoteurs (je ne me rappelle plus si nous avons parlé des victimes chez les particuliers).


BONUS

Citation suisse

Alors que plusieurs banques suisses ont reconnu plusieurs milliards d'euros de perte à cause des subprimes, un banquier suisse aurait déclaré : "C’est quand même malheureux d’être ruiné par des pauvres."


La ville saisie par la finance

Passionnant article de Viencent Renard mis en ligne par le site Inventaires avec la présentation ci-dessous.
"L'auteur, spécialiste de ces sujets (avec trop peu d'autres) y pointe assez bien et au delà du joli titre, l'actuelle incapacité des politiques publiques à prendre en compte les modalités réelles de financement de l'aménagement urbain... A lire absolument !"
Je vous confirme que la lecture en vaut le coup.



Revue de presse

Retour au calme et "Nous anticipons une baisse de 10 % à 15 % des ventes" sur Le Monde
Le marché se replie en ordre dispersé et L'immobilier reste une valeur refuge pour Le Figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Comprendre
commenter cet article

commentaires

Articles Récents