Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 12:16

Le débat du Grand Paris

Si à Toulouse, on réfléchit à une remise à plat du mille-feuille institutionnel, c'est aussi le cas à Paris. J'avais d'ailleursécrit un article sur le sujet il y a plus d'un an. Si le sujet est compliqué à Toulouse, que dire à Paris ?
Dans une région si prépondérante en France, si politiquement divisée, si économiquement et socialement fracturée, la question est sensible.
Bertrand Delanöe a eu le mérite de relancer le dialogue avec les communes voisines, mais aujourd'hui il est temps de changer de braquet car, dans la compétition entre métropoles mondiales, Paris perd du terrain et joue moins son rôle de locomotive nationale.
Ce changement passe notamment pas une nouvelle organisation institutionnelle capable de mettre en oeuvre un projet de territoire ambitieux.


Plusieurs initiatives ont eu lieu dernièrement : volonté affichée de Nicolas Sarkozy, nomination d'un secrétaire d'Etat sur le sujet de Paris Capitale, rapport du Conseil régional socialiste qui a peur d'y perdre des plumes, manoeuvres du futur candidat UMP à la Région, etc. (le point sur "Grans-Paris Circus par Paris est sa banlieue).
Mais il y en a une qui me semble se détacher nettement par sa qualité, même si tout n'est certainement pas parfais, c'est celle du sénateur Dallier chargé par le Sénat d'un rapport sur le sujet.


Les propositions détonnantes du rapport Dallier

Si certains manient facilement la langue de bois et sont adeptes des demi-mesures ou des incantations, ce n'est pas le cas du sénateur Dallier.

Sa grande qualité pour moi est de rester pragmatique et d'aller aux questions essentielles : qu'est ce que l'on veut faire ? comment on s'organise pour le faire ?
Sa conclusion est d'ailleurs très claire : "C'est un vrai projet politique" dans lequel l'efficacité des politiques publiques et de la dépense publique permettent de mettre en oeuvre un projet de cohésion. Car, pour lui, tous ont à gagner "si cette région, si capitale, retrouve le dynamisme qu'elle a un peu perdu ces dernières années".


Documents



La vidéo de la conférence de presse qui vaut vraiment le coup d'être vue (35 mn de discours + réponses aux questions des journalistes). En bonus son power point (15p), la note explicative (25p) et la note de synthèse (4p).
Le rapport complet sera publié la semaine prochaine.

A découvrir aussi, le blog de la commission avec plein d'autres documents pour approfondir la question.


L'enjeu selon le rapport

Si la région Île-de-France est, aujourd’hui encore, l’une des plus riches du monde, les milieux économiques la considèrent en perte de vitesse faute de dynamisme, de grands projets structurants, de lisibilité des politiques d’aménagement du territoire et d’interlocuteur politique clairement identifiable.
L’enjeu du Grand Paris est aussi national, alors qu’un sentiment d’exclusion, tant économique que social, se développe chez beaucoup d’habitants des quartiers construits ex nihilo pour pallier la crise du logement de l’après-seconde guerre mondiale.
La région la plus riche de France et d’Europe est devenue un espace sans véritable cohésion urbaine et sociale, où cohabitent richesse économique et grande pauvreté.
L’efficacité relative des grandes politiques publiques, l’opacité et la complexité du
système institutionnel, l’injustice des impôts locaux démontrent que la gouvernance en Île-de-France a besoin d’une véritable rupture.


Une nouvelle architecture institutionnelle

Plutôt que de rajouter une nouvelle couche, le sénateur préconise, au contraire de simplifier l'architecture institutionnelle.
Le Grand Paris, né de la fusion des quatre départements de la Petite Couronne, n'aurait qu'un nombre limité de compétences : transports, logement, développement économique, cohésion sociale et sécurité.
La région et les communes, aux reins plus solides que dans d'autres régions, récupèreraient les autres compétences (ex : les collèges et les grandes infrastructures pour la région, l'action sociale pour les communes).

Le rapport propose une mise en oeuvre en deux temps :
- en 2010, fusion des quatre départements,
- en 2011, création d'une nouvelle collectivité territoriale.


Principales propositions pour les politiques du Grand Paris

 

Logement :
- Plan du Grand Paris (PLH et grands équipements)
- opérations d'intérêts métropolitains
- agence foncière du Grand Paris
- partenariat avec l'ANRU
Transports :
- une compétence de la Région confirmée
- extension des compétences du STIF à tous les modes de déplacements mais avec une nouvelle gouvernance prenant mieux en compte la zone la plus dense
- lancement du projet "Métropériphérique"

Développement économique :
- une agence de développement économique unique
- compétence sur l'EPAD (quartier de La Défense)

- plan de développement économique
- établissement d’un contrat de projet Grand Paris/région/État

Sécurité :
- création d'une politique "métropolitaine"
- les maires conservent leurs prérogatives sur leurs territoires
- création d'un préfet de police du Grand Paris



Revue de presse


Grand Paris : le sénateur Dallier ne fait pas de quartier pour Libération
Grand Paris-Rapport Dallier : premiers documents et commentaires par Inventaires
Le Grand Paris suscite des tensions dans la majorité pour Le Figaro
Grand Paris: le Sénat pour une fusion de 4 départements pour Le Figaro
Jean-Paul Chappon devrait mettre son analyse dans les prochains jours sur son toujours excellent
Paris est sa banlieue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Villes et projets
commenter cet article

commentaires

Benoît L. 11/04/2008 21:29

J'attends de lire ça avec impatience ;o)

jpc/parisbanlieue 11/04/2008 18:04

Dire que Philippe Dallier ne manie pas la langue de bois serait presque un euphémisme, et j'ajouterai qu'une autre de ses qualités est d'être capable d'évoluer dans ses positions : il était contre métrophérique, mais a fini par se ranger au fait que ce projet est indispensable, etc... Je ne cache pas que je suis séduit par la solution de Dallier, (au grand dam de mes petits camarades du PS ;-) même si à force d'être pragmatique, elle en devient limitée en laissant hors du Grand-Paris les villes nouvelles. Pour moi cela n'a pas beaucoup de sens. Mais entre l'immobilisme des autres projets, ou leur irréalisme, je préfère encore soutenir (tant que Delanoë/Mansat n'ont pas affiné leur position) son projet ! à suivre...ps : avec autant de compliments sur Paris est sa banlieue, il faut vraiment que je me mette au boulot pour écrire qqchose sur le rapport Dallier ;-)

Articles Récents