Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 01:10

Je voudrais aujourd'hui vous conter trois histoires de personnes qui, à leur manière, sont ou ont été des militants de leur vi(ll)e.


SRU : La réponse du cancre

Il y a quelques jours a été rendu publique le second bilan d'application triennal de l'article 55 (2005-2007) de la loi SRU qui oblige 720 communes à atteindre d'ici 2020 20% de logement social (il y a encore 45 % des communes qui n'ont pas rempli leurs obligations). Il y a bientôt trois ans, je vous donnais le premier bilan (2002-2004).
Mais il faut se méfier des jugements hatifs, ne serait-ce parce que ces statistiques font état des logements financés et non construits. Par exemple, sur l'agglomération toulousaine, beaucoup de maires de commune avaient négocié ou imposé un taux de logements sociaux dans des programmes des promoteurs. Or, en cette période d'espectative pour l'immobilier, de très nombreux projets privés ont été stoppés, voire abandonnés. Si bien qu'un certain nombre de logmenents sociaux prévus et dont la construction était financé ne sont pas prêts de voir le jour...
Situation trompeuse visiblement aussi pour Jean-Michel Morer, maire depuis 2004 de Trilport, commune de l'agglomération de Meaux. Suite à la publication des chiffres du ministère, un article dans la presse locale a traité de la "non application" de l'article 55 de la loi SRU par sa commune. Alors, il se défend et démontre, avec justesse, que mettre en place une vraie politique nécessite beaucoup de temps et de volonté. C'est la réponse du cancre.

A noter qu'après plusieurs tentatives, la majorité présidentielle essaie encore une fois d'assouplir cette obligation en incluant les opérations "d'accession sociale à la propriété", terme fourre-tout. La dernière fois, en 2006, l'Abbé Pierre, à 93 ans, s'était déplacé pour rappeler aux députés que "la loi est censée défendre les plus faibles".
Alors que la Fondation Abbé Pierre soulignait à travers son rapport 2008 du mal-logement "le décalage, le fossé qu'il existe entre ce que vivent les ménages et la réponse politique", ce n'est vraiment pas le moment de diminuer les obligations des communes.
Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation abbé Pierre, accuse Christine Boutin de revenir sur ses engagements.


Vivre sans voiture dans une zone non urbaine : c’est possible même en famille ?

C'est possible comme le démontre cette famille belge qui a décidé de vivre sans voiture depuis 6 mois.
C'est exemple n'est certes pas transposable pour chacun, mais il montre bien combien par nos usages, nous pouvons transformer nos vi(ll)es. C'était d'ailleurs le thème d'un de mes articles il y a plus de deux ans "L'usage, l'urbanisme des citoyens".


En modes doux, jusqu'au ciel...

Aujourd'hui, c'est l'enterrement d'un ami victime d'un malaise cardiaque un jour de balade dans la montagne.
Jean-François était un homme simple, profondément humaniste, passionné et militant. Il était ainsi très investi au sein de nombreuses associations comme Convergencia Occitana, le Comité de quartier de Saint-Agne-Niel, l'Association Vélo ou le Collectif PDU où je l'ai rencontré.
Les dernières fois où je l'ai vu me semblent à l'image du Jean-François que j'ai connu.
Il y a peu lors d'un déplacement professionnel, à voiture, j'aperçois un cycliste devant moi affalé sur son guidon, les cheveux en bataille. Je l'ai reconnu de suite et j'ai commencé à klaxonner (j'aime bien klaxonner). Au moment où je l'ai dépassé, je l'ai salué et, sur le coup, je l'ai vu hésiter. Et puis une fraction de seconde après, je l'ai vu se redresser sur sa bécane, lever la main et j'ai pu lire sur ses lèvres un "Adiou !" prononcé d'une voix toujours chaleureuse.
La dernière fois, c'était il y a deux semaines pour la clôture des Assises de la mobilité de Toulouse. L'après-midi était venu le temps des "huiles" et de discours plus convenus. Très fatigué, je m'étais calé au fond (une vieille habitude), seul, bien décidé à écouter d'une oreille, au cas où, pour mieux somnoler de l'autre. Jean-François s'est assis à côté de moi et lui n'était pas là pour somnoler. Ce qu'il aimait, c'était discuter, réfléchir, confronter les points de vue, élargir les approches... Comme d'habitude.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article

commentaires

Articles Récents