Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 13:23
Après la compagnie Ex Nihilo, c'est à la compagnie de danse contemporaine Monsieur LINEA prend possession de l'espace public toulousaine et présente
 
[espèce de corps]
 
(ou l'espèce de corps dans un espèce d'espace)
 
Danse(s) en milieu urbain-appropriation, un autre regard
8 performances de 6 h du matin à 18 h / 8 dates
 
vendredi 29 mai – place des Carmes
Danseur : Julien Lecuziat
 
Projet dirigé par le chorégraphe : Frédéric Jollivet en collaboration avec Arnaud Sayous, Marina Soulagnet et Emmanuelle Giroux – professionnels de la Ville de Toulouse. Soutenu par la Mairie de Toulouse et le Théâtre de la Digue. (et peut-être le Conseil Régional… !)
 
8 dates / 8 lieux
Vendredi 29 mai - Place des Carmes Danseur : Julien Lecuziat
Vendredi 19 juin - Prison Saint Michel Danseuse : Pascale Flore Volke
Mercredi 24 juin - Métro Arènes Danseuse : Sara Martinet
Mardi 30 juin - Place Arnaud Bernard Danseur : Florimond Grenier
Vendredi 10 juillet - Rue Alsace Lorraine Danseur : Ludovic Atchy Dalama
Mercredi 15 juillet - Saint Cyprien (devant Chapeau Rouge) Danseuse : Christelle Lasserre
Jeudi 23 juillet - Barrière de Paris Danseuse : Melissa Delfau
(En cours) Jeudi 2 juillet ou lundi 13 juillet ou vendredi 17 juillet - Place Abbal-Reinerie Danseur : Tayeb Benamara
 
Nous pouvons voir la danse en dehors des lieux de représentations habituels et nous poser la question de sa représentation (et de nos représentations mentales ?) Nous pouvons créer un évènement dans quelque lieu sans forcément prévenir le public, en nous appropriant l’espace public. Nous nous reposons la question du rôle de l’espace public dans la cité ; cet espèce d'espace : veine qui relie nos espaces privés...
 
Le corps et l’espace sont dépendants l’un de l’autre, ils sont indissociables. Nous n’avons pas conscience que le mouvement engendre ou est engendré par l’espace dans lequel on évolue.
On re-découvre ainsi un lieu et on le voit tout à coup comme un espace étrange où la danse amène une nouvelle substance, une nouvelle poésie : la danse par sa multiplicité de mouvements crée des espaces imaginaires à l’intérieur même des espaces réels investis. Les danseurs sont des montreurs d’espaces, de plus, ils nous rappellent que l’on peut (doit ?) s’exprimer autrement, que le corps peut (doit ?) s’échapper de ses habitudes corporelles et gagner un peu plus en liberté... contact… communication…
 
Quel est la place, le rôle de l’artiste et du spectateur dans l’espace public ? Ce questionnement interroge fortement la notion d’espace public aussi bien dans sa dimension spatiale que dans sa consistance sociale.
 
A quel moment y a-t-il « danse » ? Celle-ci est-elle « là où on pense la voir » ?
 
Il n’y a pas de début, pas de fin. Les danseurs qui « vivent leur ville autrement » peuvent interagir avec le public éventuel, devenir spectateurs du lieu dans lequel ils évoluent…
 
Sous la forme de laboratoires de recherche in situ nous avons travaillé avec des professionnels de la Ville - Urbaniste, Sociologue, Architecte.
Nos objectifs : échanges de points de vue sur l’espace public (formes, usages, mouvement, histoire, etc). Nourrir le travail du danseur, sa vision de l’espace.  Apporter aux professionnels de la Ville une autre perception de l’espace public par le mouvement dansé, l’humain dansant, l’humain qui re-structure l’espace et casse ses tabous.
  
La danse libre ?
Le corps libre ? Et l'esprit ?
Un autre regard sur l’espace public ? L’espace que l’on traverse… ?
Un autre regard et une appréhension différente de la rue. Nos vies sont de plus en plus réglées, codifiées… grignotées par la télévision, la mode, la politique, l’Image…
Un besoin absolu de retrouver une liberté d’être…
 
Frédéric Jollivet.
Compagnie Monsieur LINEA


 
La culture est une manière d'organiser ses instincts.
Les tabous marquent la limite d'une culture.
La transgression questionne notre culture et permet de remonter à sa source.
[...]
L'origine de la performance est dans le rituel et se confond avec l'origine de l'homme.
Nicolas Primat.

Espèce(s) de corps / Teaser from Cie Monsieur Linea on Vimeo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Actualites
commenter cet article

commentaires

Articles Récents