Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

1 septembre 2006 5 01 /09 /septembre /2006 18:28

Le logement social a bien changé

Dites "logement social" et tout le monde entend "tour", barre", "délinquance"...
Or le logement social d'hier est bien éloigné de celui d'aujourd'hui. 

Les typologies ont évolué : petits collectifs, habitat groupé, ... Et certaines réalisations sont très intéressantes.

Les opérateurs aussi ont changé. A côté des offices publics, une myriade d'opérateurs publics ou privés sont apparus. Le logement social est devenu un secteur concurrentiel.

Les locataires aussi sont différents. D'abord parce qu'une part importante de la population a accès au logement social. Il y a donc deux types de logement social : le "très social" et le "social tout court" aux loyers plus élevés. Devinez quel type est privilégié par les opérateurs privés et par certains élus soucieux de ne pas créer de remous ?


Défiscalisation et logement social

Et voilà qu'est entré en vigueur hier le "Borloo populaire", créé par la loi Engagement National pour le Logement, qui en offrant de généreux cadeaux fiscaux entend attirer les investisseurs vers le logement social.
Mais quel logement social ?
Sûrement pas du "très social", ça s'est déjà sûr, mais si déjà c'était du "social" de bonne qualité, cela ne me ferait pas si peur.

Car on a déjà l'exemple du de Robien et de ses dégâts :
- résidences mal situées,
- qualité architecturale minimaliste (pauvreté des façades, des espaces collectifs et surfaces des logements réduites),
- qualité de la construction pas exeptionnelle (les logements étant vendus par réseaux avant et les propriétaires ne visitant jamais leurs biens, la finition a moins d'importance),
- mauvais entretien (les propriétaires attendent d'abord un retour sur investissement),
- etc.

Je ne dis pas que certaines de ces résidences ne sont pas des réussites (surtout quand le programme a mixé accession et investissement locatif), mais que ce dispositif crée déjà des problèmes aujourd'hui (encore un article cette semaine) et que nombre de ces résidences seront les quartiers en difficulté de demain car elles risquent de mal viellir.

Toujours est-il que c'est le dispositif que l'on a copié pour construire plus de logement social et que cela ne m'inspire pas du tout confiance.
En effet, ce n'est pas un mode de production de logements, de lieux de vie, mais de défiscalisation. "Ah bon, il y a des gens qui vont vivre dedans ?"


Des initiatives intéressantes

Je vous ai déjà entretenu du projet de Bille-en-tête, association dont je faisais partie à Bordeaux, de logements relais construits par des jeunes en formation qui en seraient les premiers locataires.
Malheureusement, malgré un concept apprécié et les encouragements, les nombreuses promesses ne se sont jamais concrétisées.

Aujourd'hui, c'est une autre tentative, signalée par la Dépêche, de faire du logment social autrement qui est à l'origine de cet article.
En effet, l'AERA (Action études et recherches en architecture. Centre méridional de l'architecture et de la ville) a lancé l'an dernier un programme expérimental, financé par le ministère du Logement, la Fondation de France et la Fondation Abbé Pierre.
Il s'agit de mettre en place des coopératives d'habitation à vocation sociale et participative.

Le mécanisme est celui de l'accession progressive à la propriété: la mensualité que chaque locataire paye lui permet d'acquérir des parts sociales de la SCI (société civile immobilière) propriétaire de l'immeuble. Au terme d'un amortissement normal (35 ans environ), toutes les parts auront été attribuées, les locataires seront devenus progressivement et solidairement propriétaires de leur résidence, et ce pour le prix d'un loyer HLM classique.
La participation des futurs locataires / propriétaires ne se limitent pas au financement, mais également à la conception.

Plusieurs sites sont étudiés, deux projets semblent même assez avancés (30 logements à Venerque et 60 au Mirail à Toulouse) .

Je vais essayer de me renseigner. -> le site d'AERA
Affaire à suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article

commentaires

guillaume 02/10/2006 12:10

mais je sais que le distinguo politique n'a rien à voir sur le pourcentage de logements sociaux dans les communes, je faisais juste remarquer que Borloo avaient des idées de gauche. Et comme disait mon prof d'éco de l'iup : "ce mec est la conscience de gauche de Chirac".

Benoît L. 02/10/2006 07:54

Deux petites remarques.A propos du positionnement politique, cela n'est pas parceque l'on est de droite que l'on est forcément contre le logement social. A contrario, il y a des communes dirigées par des socialistes qui sont loin des 20% et qui ne sont pas du tout pressées de rattraper leur retard.J'ai un petit problème avec Borloo, c'est les chiffres. L'article cité plus haut s'appuient sur des chiffres INSEE et parlent de 55 000 nouveaux logements sociaux en 2005 (soit une augmentation notable par rapportà il y a quelques années où ce chiffre était inférieur à 40 000). Oui, mais dans le même temps, Borloo parle de 80 000 ! Alors, d'où vient cette différence ? Est-ce que sont comptabilisées par les uns et par les autres les démolitions si nombreuses dans certains quartiers ? Je serai curieux de connaître l'évolution du parc social.Ce qui est sûr, c'est qu'il est insuffisant.

guillaume 02/10/2006 03:57

arf, que c'est horrible d'être malade...en lisant ton article (que je vais finir demain...il est tard et vive ma toux), une chose me vient à l'esprit...j'avais travaillé à la Caisse des Dépôts et Consignations et il est vrai, sur la mission que j'avais à réaliser, que les logements de type PLS étaient souvent appréciés a cause du plafond des loyers plus haut (donc une gestion plus rentable) ce qui entraîne une sélection des ménages par l'argent....et nous parlons bien d'immobilier social !!! (nouveau terme marketing que l'AROHLM PACA et Corse emploi pour rendre le logement social plus moderne et lui donner aussi un certain standing).
Tu parles aussi de population différentes pour ce type de logement. Si je me souviens, c'est près de 70 % des français qui peuvent bénéficier d'un logement dit social. Donc c'est pas un gros mot. Il est vrai que le pouvoir des images et notamment des prénotions avec hélas les médias qui participent à cette dévalorisation synbolique de ce type de logement entraîne bien des problèmes lorsqu'un maire souhaite mettre du logement social...j'ai pu le voir à Marsannay la Côte (21 - près de Dijon) où les habitants critiquaient une opération de OPH 21 près du bourg et pourtant, l'opération était belle et de qualité. Autre exemple, le mien :) Je vis dans un petit habitat HLM géré par la SEMIVIM...tout le monde croient que c'est une copro, et pourtant, c'est de l'immobilier social.
Que retenir ? Le pouvoir des images est la plus puissante des armes pour illustrer que l'immobilier social est un outil merveilleux pour faire résider un grand nombre de francais. Borloo l'a compris avec sa communication sur le logement social. Mais est-il de droite vraiment ? Des fois, je me dis qu'il aurait sa place au PS lol D'ailleurs, le travail de Borloo à Valenciennes est remarquable même si tout n'est pas parfait, sa ville est très agréable à vivre !

Articles Récents