Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 10:46

V1.3 - 17/11/12

 

Déplacements - personnages V1

 

Une mobilité sous contrainte

Nous nous déplaçons de plus en plus que cela soit en nombre de trajets ou en distance.

Deux facteurs principaux expliquent cela :

  • des territoires de vie de plus en plus étendus et fragmentés d'une part,
  • l'évolution de la société et de nos modes de vie (travail, famille, individualisation, vieillissement, loisirs, etc.) d'autre part.

 

Du coup, existent des différences de plus en plus fortes entre ceux qui maîtrisent leur mobilité et ceux pour qui elle est de plus en plus contrainte, voire impossible.

Ces contraintes peuvent être de plusieurs ordres : des lieux difficilement accessibles, un impact financier très important sur le budget, une organisation de la vie quotidienne plus compliquée et stressante, des lacunes dans certaines compétences de mobilité (savoir lire, se repérer, conduire, utiliser des automates), etc. Ce sont souvent de véritables « frontières invisibles ».

 

Cette dualité concerne également la voiture individuelle, mode de déplacement majoritaire.

Depuis plusieurs dizaines d'années, elle structure nos vies, nos territoires et son absence encore plus.

 

 

Une action publique généralement peu efficace

Si son hégémonie n'est pas sans poser de nombreux problèmes (exclusions, contraintes financières, bouchons, sécurité routière, occupation de l'espace public, déclins des centralités historiques, étalement urbain), pour beaucoup, « la voiture, c'est la liberté ! ».

 

Et la vérité est que, malgré de beaux discours sur les transports en commun ou le vélo, ceux-ci offrent rarement une alternative à la voiture individuelle car ils ne sont pas pensés comme tels.

Par exemple, les transports en commun ne sont généralement pas conçus pour transporter le plus de monde possible, mais d'abord pour désengorger les centres-villes et pour ceux qui n'ont pas le choix (pauvres, jeunes, vieux). « Ce n'est donc pas grave » s'ils ne sont ni efficaces, ni attractifs.

Difficile dans ces conditions d'améliorer la situation du plus grand nombre et, particulièrement, de ceux qui en ont le plus besoin.

 

 

Et si l'on posait le problème différemment ?

Imaginons que l'objectif soit plutôt d'offrir un système global qui permette à chacun de faciliter ses déplacements et de faire des économies, notamment en dépendant moins de la voiture individuelle.

Une voiture en moins dans une famille par exemple, c'est une économie mensuelle de 220 à 640 €.

Qu'est-on prêt à faire pour cela ? Utiliser les transports en commun, un vélo ou la marche pour de nombreux déplacements ? Faire ses courses dans des commerces de proximité ou choisir un logement mieux situé, même si c'est un peu plus cher ?

Sûrement que cela amènerait les pouvoirs publics à reconsidérer leurs politiques, en privilégiant la cohérence et l'efficacité globale à travers des actions pas forcément spectaculaires mais souvent faciles à mettre en place. Cela peut entraîner des coûts supplémentaires, mais aussi de nouvelles recettes et des dépenses en moins. La priorité est de « faire système » rapidement puis de le renforcer progressivement.

C'est ce que nous essayerons d'esquisser de manière thématique et dans un cas pratique.

 


 

Voir l'article complet

 

N'hésitez pas à faire part de vos commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Livre - Articles
commenter cet article

commentaires

Articles Récents