Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:48

Avec cet article débute une série sur le service public, notion très importante dans mes engagements, mais aussi, je le sais, pour la plupart de mes collègues.
Le rapport 2010 du Médiateur de la République en est une excellente occasion puisque la mission de cette autorité indépendante est d'améliorer les relations des usagers avec l'administration et les services publics.
Et ce rapport 2010, qui marque la fin du mandat de Jean-Paul DELEVOYE, dépasse son statut du bilan d'activité pour formuler un certain nombre de réflexions intéressantes sur la conception de l'action publique et les rapports entre l'administration et les usagers dont voici quelques extraits.


La conception de l’action publique est-elle en phase avec la réalité du terrain ?

" Le bon fonctionnement de la société française ne dépend pas que des lois qui l’encadrent. Encore faut-il que celles-ci aient été conçues pour bien fonctionner ensemble et qu’elles soient facilement comprises, absorbées et applicables.
Or, du texte au terrain, du principe à l’application effective, il y a parfois plus qu’un pas, souvent un grand écart.
Absence de vision transversale, ambitions démesurées, manque de moyens de mise en œuvre... Les défaillances dans la conception de l’action et des politiques publiques portent préjudice aux citoyens. Par les réclamations qu’il reçoit, le Médiateur de la République dispose d’un poste d’observation privilégié pour pointer les dysfonctionnements, les oublis, les contradictions de textes qui se télescopent et les situations inenvisagées qui laissent les citoyens démunis face à un système administratif encore trop souvent hermétique."

− Des politiques publiques brouillées par l’empilement législatif

− Les dommages collatéraux dus aux réformes précipitées

− Quand les ambitions politiques se heurtent aux moyens limités

− Méconnaissance des textes par les citoyens

− Une loi pas toujours applicable


Le fossé se creuse- t-il entre pratiques des acteurs et attentes des citoyens ?

" Dans le cadre de sa mission de service public, l’administration a vocation à rendre le droit accessible au plus grand nombre.
Alors que sa priorité devrait consister à adapter le système aux besoins des usagers, le Médiateur constate par les cas recensés sur le terrain que la tendance inverse domine encore trop souvent.
Prudence excessive des agents, lourdeurs et entêtements administratifs, ces travers qui imprègnent encore le service public conduisent à des situations d’injustice et de déshumanisation. Déstabilisés à leur tour par un système qui privilégie souvent le traitement de masse par rapport aux situations individuelles, les agents ont tendance à se réfugier derrière le formalisme et la sécurité d’une loi appliquée sans discernement.
Du côté des usagers, l’émergence d’un consumérisme social incite de plus en plus les réclamants à revendiquer une évolution de la loi au profit d’intérêts individuels et au détriment de l’intérêt collectif.
C’est donc bien ce manque de dialogue et d’écoute mutuelle qui creuse le clivage. En restaurant du lien entre usagers et administrations, en favorisant la généralisation des lieux d’écoute et de proximité, le Médiateur aide à renouer avec le pacte républicain."

− Excès de zèle et application mécaniste de la loi
− Des décisions prises au mépris de la loi
− Excès de précipitation et excès de lenteur
− Des procédures déshumanisées
− Expliquer, communiquer : un chaînon manquant
− Collectif mis à mal et souffrances individuelles non identifiées


Pour aller plus loin

Plus d'extraits
L'édito du Médiateur de la République
Le rapport complet
Le dossier de presse

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Pratiques
commenter cet article

commentaires

Articles Récents