Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Introduction

Le temps d'un livre
 

Après trois dernières années où la pratique a pris le dessus, il est temps pour moi de prendre du recul, de reprendre le temps dfe la réflexion.

Le Grand Toulouse vient de m'accorder un an de congé de formation à cette fin avec un projet de mémoire un peu particulier : un livre.

 

"Quel urbanisme pour mon territoire ? Petite introduction pour ceux qui veulent participer.", tel est son titre provisoire.

Il n'aura pas la prétention de dire au lecteur quel urbanisme est nécessaire pour son territoire, mais bien de lui ouvrir des perspectives et lui donner des éléments pour y réfléchir.

Il s'agit d'un projet global et multimédia dans lequel contenu, format et modalités de réalisation sont intimement liés et conçu pour répondre à plusieurs niveaux de lecture (citoyen intéressé, citoyen engagé, professionnel ou élu).

Dans la perspective des prochaines élections municipales, l'objectif est de publier ce livre à l'automne 2013.

 

Ce blog aura une place particulière dans ce projet comme lieu de débat pendant sa réalisation et comme support de ressources complémentaires du livre par la suite.

N'hésitez donc pas à faire part de vos commentaires et à vous inscrire ci-dessus pour être prévenus de la publications des nouveaux articles. Bref: participez !

 

Voir la note de présentation.

 

Juin 2012

Recherchez Ici

Le projet de livre

Livre QUel urbanisme pour mon territoire - page garde V2.0

10 février 2006 5 10 /02 /février /2006 20:35

Il y a quelques mois, Alain Rank, de l'agence Host, m'offrait le livre qu'ils avaient écrit pour rendre compte de leurs réflexions (Construire la ville complexe ?).
Aujourd'hui, c'est une éditrice, Katia Imbernon,  qui m'écrit pour me présenter la parution de son dernier ouvrage : Densité et formes urbaines dans la métropole marseillaise.

Un ouvrage qui m'a l'air, ma foi, fort intéressant.
En effet, l'Agence d'urbanisme de l'agglomération marseillaise (agAM) ne se contente apparemment pas de présenter le tissu urbain marseillais, mais souhaite visiblement apporter sa contribution au débat sur la densité.

Eric, tu me réclamais d'autres articles sur la densité. Je n'ai pas encore eu l'occasion de m'en occuper. Peut-être que la lecture de ce livre va m'inspirer.

-------------------------------------------

Quatrième de couverture:
Après une longue période d’étalement des zones urbanisées dans les territoires, le contrôle et l’optimisation des densités construites apparaissent comme un moyen rationnel de répondre aux enjeux du développement durable, au souci des équilibres écologiques et à l’urgence d’une consommation raisonnée et raisonnable de l’espace.
Avec cet ouvrage l’agence d’urbanisme de l’Agglomération Marseillaise (agAM) apporte sa contribution au débat sur la densité qui anime plus que jamais le milieu de l’urbanisme et de la construction ; et ceci avec un triple objectif :
- mettre à mal quelques idées reçues en confrontant l’abstraction des indices de densité aux « qualités » des formes urbaines dans leur diversité ;
- appréhender cette question dans toute sa complexité en multipliant les critères et en croisant les notions de « densité mesurable » et de « densité perçue » ;
- confronter ces analyses et les pistes opérationnelles qu’elles ouvrent aux actuels règlements et procédures d’urbanisme (loi SRU, …).

Au-delà des informations précieuses qu’il apporte sur l’histoire et l’actualité des tissus urbains de la métropole marseillaise, cet ouvrage a l’ambition d’être un outil au service de l’ensemble des professionnels de la construction des villes.

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 14:00

Un article de Libé qui sur un sujet qui peut faire sourire, mais qui n'est pas sans intérêt.

A suivre...

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
18 janvier 2006 3 18 /01 /janvier /2006 00:00

"Cocorrico ! " dans les médias à l'occasion de la publication des résultats du recensement 2005. "Tout va très bien Mme la Marquise, tout va très bien."  
Regardons ça d'un peu plus près.


Une population qui augmente.

Nous sommes aujourd'hui 62,9 millions, soit 2,7 de plus qu'en 1999. Cette croissance est en grande partie due à un taux de fécondité parmi les plus haut d'Europe. "Cocorrico !"
La population française devrait donc continuer à augmenter ces prochaines années, essentiellement par sa croissance démographique puisque l'immigration est de plus en plus contrôlée.


La question de l'immigration.

L'immigration sera, le note Libé, une bouée de secours pour certains pays européens à la natalité insuffisante (les 2/3) qui pourraient perdre sans elle des centaines de milliers, voir des millions d'habitants comme l'Allemagne.
La France ne devrait accueillir que 1,6 millions d'étrangers d'ici 2030 contre 3,6 pour l'Espagne ou 5,2 pour l'Allemagne.

1,6 millions, ce n'est pas grand chose, mais est-ce que cela sera suffisant ? Car ce n'est pas seulement la population totale qui compte, mais aussi le rapport entre les actifs et les autres. Or à ce rythme là, nous aurons en 2050 pratiquement autant de retraités (23 millions) et de mineurs que d'actifs (25 millions). Les prévisions statistiques sont intraitables.
Je voudrais croire que, dans le futur, notre pays sera tellement bariolé que cela ne posera aucun problème, que l'on saura enfin accueillir dignement ces nouveaux venus...

Grande perdante annoncée, la Pologne devrait souffrir d'une natalité défaillante et d'une émigration importante.

A noter également, ce qu'aucun article n'évoque une émigration très importante des jeunes diplômés français. Combien reviendront une fois qu'ils auront fait leur vie loin de la France ? Une bonne quinzaine de mes amis sont dans ce cas.


Inégalités géographique.

Si la population française croît, ceci n'est pas homogène.

La répartition entre régions est très inégale au bénéfice des régions du littoral méditéranéen et atlantique. Grande championne, le Languedoc-Rousillon (+1,43% par an), suivi par Midi-Pyrénées (+ 1,15 %), mais l'essentiel de cette croissance est due au solde migratoire (respectivement +1,34% et +1,04%). La chanson ne dit pas si leur faible croissance naturelle est due à une mortalité importante ou à une natalité faible...

Localement non plus, cette croissance est aussi inégale avec l'explosion du périurbain. Dans les années 90, cela concernait 15 km autour des agglomérations. On va aujourd'hui beaucoup plus loin pour avoir SA maison à la "CAMPAGNE".


Le problème du logement.

Ces dernières années ont été marquées par une construction importante de logements : plus de 300 000 / an soit 1,9 millions entre 1999 et 2005 dont 1,7 de résidences principales.
Et pourtant, cela semble insuffisant car l'augmentation de la population couplée à la réduction de la taille des ménages nécessitent un besoin plus important.

En 1999, 60,16 M d'habitants  en ménage de 2,4 représentaient 25,07 M de ménages et donc (plus ou moins) autant de logements.
En 2005, 62,9 M d'habitants en ménage de 2,31 nécessiteraient 27,23 M de logements.
Il fallait donc 2,16 M de logements en plus et non 1,7.

La part des logements vacants a eu beau diminuer, ce n'est pas assez. On a donc là une des raisons qui expliquent la hausse spectaculaire de l'immobilier de ces dernières années.



Revue de presse:

Douce France, cher pays de la petite enfance
Deux millions de logements de plus en France de 1999 à 2005
Accélération de la construction de logements ces dernières années, selon l'INSEE
Les «rurbains» toujours plus nombreux
L'immigration au secours de l'Europe
Les leçons du recensement
Bilan démographique 2005 de l'INSEE

Deux nouveaux articles très sympthomatiques :
Une certaine déception de la France
«Aux Etats-Unis, l'immigré est une force»

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
6 janvier 2006 5 06 /01 /janvier /2006 19:57
Dans Le Monde d'hier, Bertrand Delanöe défend sa politique municipale en faveur d' "un juste partage de l'espace public".

Hier, dans les journaux quelques "initiés" pouvaient se renvoyer la balle, sans que jamais l'on ne demande leur avis aux citoyens. Tout au plus, on pouvait trouver quelques citations rapportées (et triées) par un journaliste.
Aujourd'hui, les choses ont changé. Les lecteurs peuvent réagir sur le site de certains journaux.
Et même si, ces canaux d'expression ne sont pas encore complètement démocratisés (questions d'âges et d'éducation), je trouve cela rafraîchissant.

Je suis personnellement bien incapable de porter un jugement sur la politique de M. Delanöe, mais visiblement les avis sont partagés.

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 14:13

"Cher monsieur, je me permets de vous écrire pour vous remercier. J'ai terminé votre enquête 80 % au bac. C'est un livre qui m'a à la fois ému (j'ai souvent eu les larmes aux yeux) et mis en colère (contre moi-même). C'est incroyable à quel point les vies que vous avez décrites ressemblent à la mienne... "

C'est ainsi que commença la correspondance entre Stéphane Beaud, sociologue, et Younes Amrani, emploi jeune dans une bibliothèque.
Il s'agit d'un document exceptionnel car à travers les confidences et les réflexions de Younes Amrani, guidées par Stéphane Beaud, les stéréotypes volent en éclats et c'est la violence sociale de notre société que l'on se prend en pleine face.

Lors des évènements de cet automne, vous avez été abreuvés d'images, de reportages, de débats. Au minimum de minimum 20 minutes par jour pendant 3 semaines soit 7 heures.
7 heures, c'est le temps qu'il m'a fallu pour lire ce livre.
7 heures, c'est le temps qu'il vous faut pour découvrir le témoignage d'un homme.
Si vous voulez aller au-delà des clichés, au-delà des analyses baclées, lisez-le.
Vous pouvez même l'offrir en cette période de Noël à vos proches, à des profs, à des policiers, à vos élus... C'est un petit geste (9€ livraison incluse), mais c'est un cadeau qui ne laissera pas insensible.

Merci à Younes Amrani d'avoir partagé avec nous ce difficile et très personnel travail de réflexion sur sa propre vie.
J'espère qu'il ira au bout de ses projets et deviendra professeur d'histoire. Il a clairement les capacités pour en être un excellent. 
A son niveau, il illustre ma conviction qu'il faut arrêter de ne voir la jeunesse de ce pays seulement comme un problème, elle est surtout notre avenir.

Je vous laisse avec la conclusion de Younes Amrani et attends vos commentaires :

"Après avoir écrit toutes ces lignes, que faut-il ajouter ? La signification de ce travail pour moi . Quelle utilité cela peut-il avoir ? Pourquoi m'être dévoilé à ce point ? Un seul mot me vient en tête : comprendre ... Cela fait des années que je sais que tout est grillé pour nous... Alors il ne reste plus qu'à comprendre. Comprendre comment on en est arrivé là. Pourquoi tant de jeunes se sont démolis ? Pourquoi tant de familles sont déchirées ? Pourquoi tant de vies sont bousillées ?... Mais par dessus tout, je voudrais que le lecteur comprenne lui aussi qu'il est d'une certaine manière responsable de ce merdier, que personne n'est innocent. On nous parle d'intégration, de Nation, de République, de citoyenneté... Prouvez-moi alors que tout ceci a un sens... ça peut  paraître prétentieux, mais ces derniers mots, je les adresse aux lecteurs de ce livre. Quel regard portez-vous sur ces jeunes que vous croisez le samedi lorsque vous faites votre shopping en famille, qui paraissent rôder comme des loups et qui vous font si peur ? Que savez-vous de leurs vies, de leurs histoires, de leurs familles ? Rien ou presque... Que savez-vous de la délinquance ? ... On vous a sûrement déjà volé votre voiture ou celle de votre voisin, votre enfant (ou celui d'un de vos proches) s'est sûrement fait malmener à l'école par ces jeunes "sauvageons" issus de l'immigration. Vous avez déjà dû croiser le regard plein de rage d'un gamin de 16 ans à qui vous n'avez rien demandé et à qui vous n'avez rien fait...
Qu'avez-vous fait pour votre République et votre démocratie dont vous êtes si fiers ? Vous l'avez peut-être sauvé du "fascisme" un soir du 5 mai 2002, et cela vous rassure. Vous avez peut-être milité dans des assoces de quartier, vous avez peut-être passé des heures et des heures de bénévolat en pensant faire le bien autour de vous, vous avez sûrement des idéaux de gauche qui vous poussent à prôner la fraternité, l'égalité, la justice sociale... Ou bien des idéaux de droite qui vous poussent à penser que tout passe par le mérite et le travail...
Pourtant, à mon sens, vous n'avez toujours rien compris, et vous ne comprendrez jamais rien... Car nous-mêmes, nous ne comprenons rien : les grands frères le nez rempli de poudre, les petits frères nerveux et haineux qui remplissent les dépotoirs que sont devenus vos prisons, le chômage vécu comme une maladie sans remède, la douleur des parents...
C'est facile d'écrire tout ça, ce ne sont que des mots... Mais, moi, j'ai vu la souffrance d'un mec qui sort de prison après trois ans pour une connerie qui n'aurait rien valu à un Français, j'ai vu la rage dans les yeux d'un jeune de 30 ans qui est au chômage depuis à l'adolescence, j'ai vu un jeune pleurer seul la nuit dans sa cage d'escalier parce qu'il en avait marre de se défoncer la tête tous les jours au shit et à l'alcool. Et je ne parle pas de tous mes amis qui sont morts de mort violente... J'ai vu la tristesse dans les yeux d'une mère qui a perdu ses enfants, la désolation dans le regard de pères courageux et travailleurs face à des fils condamnés au chômage pour la vie...
Approchez-vous de la délinquance, approchez-vous de la souffrance... Au fond, mon histoire est banale, d'autres sont plus effroyables, des histoires à vous faire perdre le sommeil et à destabiliser vos plus grandes certitudes...
Je n'ai aucune leçon à donner, aucune morale à faire, personne à blâmer. Je veux simplement comprendre, faire comprendre une chose : comment on en est arrivé là ?
Après, ça ne dépend plus de moi, ni de vous..."

--------------------------------

En plus de cet ouvrage paru en 2004, Stéphane Beaud est aussi l'auteur de :
- 80 % au Bac ... et après ? , paru en 2002
- Violences urbaines, violence sociale, paru en 2003, écrit avec Michel Pialoux
- Retour à la condition ouvrière, paru en 1999, écrit avec Michel Pialoux
Cet ouvrage que j'ai entamé avant mon déménagement, mais pas encore repis, est passionnant. Pendant 10 ans, ses auteurs ont enquêté sur les profondes mutations qui ont secoué la classe ouvrière à travers le cas de l'usine Peugeot de Sochaux.
Un livre dont on devrait inciter la lecture dans les écoles d'ingénieurs.

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
1 décembre 2005 4 01 /12 /décembre /2005 14:27

Comme je n'ai pas trop le temps de m'occuper de mon blog en ce moment, je vous propose d'aller en découvrir quelques autres à travers une petite sélection d'articles.

Je n'ai pas eu trop le temps de fouiller la plupart d'entre eux découverts grâce à
Technorati qui référence tous les articles de plus de 22 millions de blogs.

J'attends vos impressions.

- Emergences, la fabrique du futur
La révolution urbaine et l'automobile

- Agir pour la citoyenneté
Compte rendu du Parlement des Banlieues du 26 novembre 2005

- Baz-OO-ka
Etalement pavillonnaire (2) : impact sur la forme urbaine

- Paris est sa banlieue
La banlieue, hier laboratoire d’architecture, et aujourd'hui ?

- Un logement pour tous
Sylvain Schiltz, mort de froid et de solitude

-----------------------------

Mais aussi :

- Perspectives paysagistes
Une jeune Paysagiste fraîchement diplômée vous présente son travail et ses réflexions

- Le Pays d'Olivier
et ses leçons de Paysage

- Magellan
Le blog de François géographe québécois

- Urbablog
Le management de la mobilité

-------------------------

Et en bonus :
"
Dans dix ans, la vie privée telle qu'on la définit n'existera plus", un article très intéressant paru dans Le Monde

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 14:02

C'est le titre d'un article d'Eric Maurin, paru dans Le Monde aujourd'hui.

Son analyse sur la fragmentation sociale de notre société me semble fondamentale.
Elle est dans la lignée de celle développée dans son dernier livre,
le Gettho français, dont je vous ai déjà parlé il y a quelques mois.

Peut-on espérer, nous urbanistes, recoller les morceaux d'une société morcellée avec quelques aménagements urbains ?

Si l'on se contente de faire du rabibochage, je n'y crois pas trop.
Comme pour les banlieues sur lesquelles on s'est contenté de sparadraps sans traiter les problèmes de fonds, l'évolution sera inéluctable et la fragmentation sociale et spatiale se renforcera. Jusqu'à l'implosion ?

Ce qu'il nous manque, c'est un projet de société.
Le "Vivre ensemble" a-t-il encore un sens pour nous citoyens ?
Sommes-nous prêts à faire des efforts pour cela ?

-------------------------------------

Remarque : parce qu'il s'agit, pour moi, d'un sujet central, je vous ai mis exceptionnellement non seulement le lien vers l'article sur le site du Monde, mais également sa copie en fichier joint.

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
19 octobre 2005 3 19 /10 /octobre /2005 00:00
 

12 000 communes candidates en 2004 (soit une commune française sur 3)
2 598 labelisées
187 seulement sur la plus haute marche du podium.

La course à la fleur est un sport national.

Un article de Libération revient aujourd'hui sur ce sujet : "Le fleurissement soude la communauté".

Quelques visites virtuelles sur le site officiel.
D'autres images ici ou .

<- Un petit village pittoresque, Gaas dans les Landes.




Repost 0
Published by Lanusse - dans Médias
commenter cet article
12 octobre 2005 3 12 /10 /octobre /2005 00:00

"Ce que le promeneur ou l'automobiliste constate toujours davantage, les chiffres viennent le confirmer : le paysage français se transforme, et les vertes campagnes qui en font la délicate caractéristique sont de plus en plus envahies par le phénomène urbain."

Ainsi commence un article du Monde (d'avril) constatant le grignotage progressif du territoire français.
Et encore, la méthode d'analyse grâce à des photos satellite ne permet de prendre en compte que les modifications concernant des espaces supérieur à 5 ha.
On est donc bien loin de la réalité, même si les espaces ruraux représentent toujours la grande majorité du territoire (95%).

Mais quels espaces ruraux?
Espaces ruraux en déshérence qui luttent pour leur survie, espaces périurbains, territoires agricoles, forrestiers, il n'y a pas une, mais une multitude de réalité.

Anne Fortier Kriegel, architecte paysager, estime qu'à travers la mise à mal du paysage, c'est un cadre de vie qui disparaît alors que "la fausse promesse du paradis individuel introduit un cadre de vie éclaté où l'intérêt public n'a plus sa place".

Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article
23 juillet 2005 6 23 /07 /juillet /2005 00:00
Chers lecteurs, voici un peu de lectures qui devrait intéresser certains d'entre vous.



Le projet "classes de villes" du collège Edouard-Vaillant de Saint-Martin-d'Hères
Lier éducation et projet urbain dans le cadre du Grand Projet de Ville.

Et si l'avenir de nos villes passait d'abord par l'éducation que nous donnons aujourd'hui à nos enfants?

Extrait:
"Quand l'architecte et l'urbaniste rentrent à l'école, l'élève construit son apprentissage en s'appuyant sur son environnement, et est amené à prendre conscience de son intégration dans un lieu, un quartier, une ville en mutation... Ne faut-il pas que chaque enfant puisse dire, après avoir déjoué les pièces de l'ignorance et des images fausses: "Ceci n'est pas une ville, c'est la mienne et je peux aussi la changer" ? "


Lire le document




Le développement durable : une éthique pour agir

"Ce livre blanc, bilingue français et anglais, a été réalisé à l’initiative de la Mission prospective et stratégie d’agglomération du Grand Lyon à partir  des interventions et des débats des Dialogues pour la Terre, initiative de Green Cross International, qui se sont tenus à Lyon les 21, 22 et 23 février 2002."


LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, UN DÉFI DÉMOCRATIQUE p.3

UNE QUALITÉ DE DÉVELOPPEMENT p.9
Un approfondissement ou une densification éthique du développement durable, qu’est-ce à dire sur le fond ? p.9
Éthique, valeurs et droits p.9
La diversité, principe actif p.12
La spiritualité, facteur de cohérence et de réalisme p.15
Un débat sur la transcendance de la nature p.17

TOUS RESPONSABLES p.19
Vers un développement durable de qualité : à quelles conditions peut-on agir ? par quelles voies ? en mettant en oeuvre quelles responsabilités? p.19 Les conditions d’une action p.19
Refuser la séparation des domaines d’action p.19
Une attente de règles p.23
Des acteurs, des responsabilités p.27
Vers une alliance acteurs économiques-société civile ? p.27
Un espace d’action majeur pour les associations p.30
La responsabilité des médias p.33
Forces spirituelles : une dette à l’égard de l’humanité p.35
Quel rôle pour les élus ? p.38

VERS JOHANNESBURG : DES PRIORITÉS ET DES INTERPELLATIONS p.39
L’homme et la terre n’attendront pas ! p.39

Lire le document



Repost 0
Published by Benoît Lanusse - dans Médias
commenter cet article

Articles Récents